PRÉSENCE PRÉHISTORIQUE

La présence d’hommes ayant vécu à cette époque sur le sol communal a été repérée, en particulier, près du village de La Grassière et plus globalement autour du barrage de la Bultière, où des pierres taillées ou polies ont été retrouvées.

 

EPOQUE GALLO-ROMAINE

Des vestiges (poteries, pièces de monnaies) et une très belle coupe évoquant l’art de Pompéi ont été découverts au village du Cormier. Ils provenaient probablement d’une villa (demeure campagnarde) d’une riche famille. Sur l’autre rive de la Petite Maine, une construction rustique (cabana) s’éleva et donna, selon toute vraisemblance, le nom au lieu qui devait devenir Chavagnes.

 

NAISSANCE DE LA COMMUNE ET ÉVÉNEMENTS MARQUANTS

Un prieuré fut fondé autour duquel se forma la paroisse. Au XIème et XIIème siècle, Chavagnes qui dépendait du Seigneur de Montaigu (d’où le nom ancien de Chavagnes-lez-Montaigu) vit créer sur son sol plusieurs fiefs.

La guerre de Cent Ans amena beaucoup de ruines et de misères. Un siècle plus tard, on retomba, avec les guerres dites de religion, dans l’anarchie et le désordre.

A partir de 1606, on s’occupa de relever les ruines. Pendant près de deux siècles, notre région demeura à l’écart de toute guerre.

Les registres paroissiaux, conservés depuis 1596, rapportent quelques faits divers mais aussi des épidémies meurtrières (en 1631, 1639, 1719, 1779 et 1794).

La Révolution créa les communes rurales, calquées sur le territoire des paroisses. C’est alors que l’appellation de Chavagnes reçut l’adjonction « en Paillers ».

Lors des Guerres de Vendée, en octobre 1793, l’église fut brûlée ainsi qu’un grand nombre de maisons. Plusieurs personnes furent tuées. Le 23 février 1794 fut le jour du « grand massacre ». Une chasse à l’homme avait été soigneusement organisée. Hommes, femmes, vieillards, enfants en bas âge, étaient tués sans pitié. Au final, on estime qu’un cinquième de la population fut victime de cette guerre.

Lors de la guerre 39-45, des familles de Chavagnes ont accueilli et caché des enfants juifs. Elles ont reçu la médaille des Justes parmi les Nations.

LA RECONSTRUCTION

Le 31 juillet 1801, le Père Baudouin devint Curé de Chavagnes. Il commençait aussitôt, au milieu des ruines, à organiser son Séminaire. Il devait fonder, en 1803, avec la Mère St Benoit, la Communauté des Ursulines de Jésus. Plus tard, il prépara l’établissement de la congrégation des Fils de Marie Immaculée (FMI). C’est lui qui devait donner à Chavagnes sa physionomie de « ville sainte ».

Reconstruite en 1853, l’église, dominant le bourg, et les chapelles qui l’encadrent, contribuent à caractériser le paysage de la commune.

Localisation

Partager cette page sur :